Seedsman Blog
Production de terpènes
Home » Une recette pour augmenter la production de terpènes

Une recette pour augmenter la production de terpènes

Quelle que soit la direction dans laquelle on regarde dans le monde du cannabis, le mot “terpène” ne manque pas d’apparaître. Ceux-ci sont aujourd’hui plus populaires que jamais. Il a même été suggéré que leur utilisation révolutionnera bientôt le secteur des cosmétiques. Parlons donc des terpènes et de son importance.

Quel est l’intérêt des terpènes ?

Les terpènes jouent un rôle déterminant dans la façon dont le cannabis, principalement le THC, affecte la personne qui le consomme. En fait, les terpènes sont largement responsables de l’effet engendré par le cannabis. En d’autres termes, ils modulent l’effet du THC et du CBD.

Les terpènes sont fortement liés à l'”effet d’entourage”, une sorte d’orchestre de cannabinoïdes et de terpènes travaillant en harmonie. Les proportions de divers terpènes engendrent des effets différents : un ensemble de terpènes spécifiques dans des proportions particulières attribuera à une variété des spécificités totalement uniques. Malheureusement, la médecine n’envisage pas sérieusement les interactions entre plusieurs composés dans un seul médicament, et les extraits de cannabis en contiennent des centaines.

Production de terpènes

Des niveaux plus élevés de terpènes signifient des produits de meilleure qualité, un potentiel médicinal accru et une expérience plus agréable. Une teneur plus élevée en terpènes rendra vos extraits de cannabis plus excitants, plus savoureux et plus efficaces. Leur intérêt a commencé à se manifester à la suite des travaux du Dr Ethan Russo (GW Pharmaceuticals) en 2011. Bien que la communauté du cannabis ait fermement intégré ces connaissances, il semble que ce ne soit pas vraiment le cas dans les préparations pharmaceutiques et médicales à base de cannabis.

L’un des aspects les plus fascinants de la production de terpènes de cannabis est que la plante synthétise des terpènes très tôt dans sa vie, qui sont ensuite re-synthétisés en terpènes plus complexes. Ceci prouve qu’il est payant d’avoir des plantes qui fonctionnent à plein régime tout au long de leur vie.

Créer le bon environnement

Bien que la plante ait le code génétique pour produire des terpènes, il est impossible de les produire si les ingrédients nécessaires ne sont pas disponibles dans le milieu de culture. Bien sûr, les produits de culture contiennent les rapports N-P-K essentiels, mais cela ne vous mènera pas plus loin.

Un sol sain doit être riche en bactéries, champignons et microbes bénéfiques. Ce sont ces composants biologiques qui rendent le sol fertile et qui effectuent les processus qui transforment les déchets bruts en nourriture disponible pour les plantes. C’est pourquoi de nombreux cultivateurs parlent désormais de “nourrir le sol” plutôt que de nourrir les plantes. Notre article sur la création de votre propre sol organique vous aidera à comprendre ce qu’il faut faire pour créer une base saine pour un sol fait maison idéal pour la culture du cannabis.

Alors, comment faire pour que votre terre prospère de sorte de porter les qualités aromatiques de votre cannabis à un niveau supérieur ?

Le sérum de Lactobacillus est un moyen simple d’y parvenir. Ce n’est pas facile pour autant, mais c’est bon marché et très efficace. Vous pouvez vous en procurer pour un an pour moins de 10 €.

Les probiotiques ne sont pas destinés qu’aux plantes

Vous reconnaîtrez probablement ce nom si vous prenez des suppléments alimentaires destinés à améliorer votre flore intestinale. Les bonnes bactéries présentes dans votre tube digestif vous aident à rester en bonne santé. Un fait peu connu concernant les lactobacilles est que leur inclusion dans votre régime alimentaire augmente le nombre de récepteurs cannabinoïdes dans votre intestin.

Il pourrait donc être bon de vous assurer que vous consommez suffisamment de ces bactéries bénéfiques. Cela pourrait simplement rendre les cannabinoïdes que vous ingérez plus efficaces. Ne serait-il pas agréable que votre récolte soit deux fois plus riche ? Vous pouvez ingérer ces bactéries à partir d’aliments fermentés comme la choucroute, les cornichons et le levain, entre autres délices nutritifs, ainsi que dans le miel. Envisageons à présent un moyen de les rendre vraiment bon marché par rapport à ce que les magasins bio proposent.

Le Sérum de Lactobacille (LAB) contient des lactobacilles, un microbe anaérobie. Il en existe de nombreuses souches, qui peuvent composter et décomposer une grande variété de matériaux. Elles sont donc idéales pour reconstituer les sols avec les composants nécessaires à une vie végétale saine.

Voici comment en produire.

Ingrédients

Riz

Eau minérale

Lait

Mélasse

Matériel

Seau

Pichet

Bande élastique/cordelette

Seringue

Chiffon de cuisine

Bocal/bouteille en verre

Étape 1 :

Lavez le riz. Rien de plus simple. Prenez du riz et de l’eau. Lavez le riz dans l’eau. Filtrez le riz mais gardez l’eau – c’est ce dont vous avez besoin. Les microbes se nourrissent d’hydrates de carbone, il faut donc les récupérer d’une manière ou d’une autre. Utilisez le riz pour votre dîner.

Étape 2 :

Collectez les microbes. Pour le dire autrement, versez l’eau avec laquelle vous avez rincé votre riez dans un bocal en verre. Couvrez le tout avec un torchon. Fixez-le au-dessus du bocal de façon étanche. Une ficelle ou un élastique peut être utile. L’étanchéité empêche les débris d’entrer mais permet surtout aux microbes présents dans l’air de pénétrer dans le récipient et de commencer à consommer l’amidon. Laissez le tout dans un endroit sec et aéré. Après quelques jours, vous obtiendrez un résultat en trois couches. Une écume sur le dessus (elle ne vous servira pas). Des microbes liquides au milieu (c’est ce que vous voulez). Des sédiments au fond (encore une fois, c’est indésirable).

Étape 3 :

Recueillez les microbes. Pour ce faire, retirez le tissu. À l’aide d’une seringue, aspirez la couche intermédiaire du liquide. Celui-ci aura une odeur légèrement aigre, ce qui est normal. Cela signifie que le piège à microbes a fonctionné. Essayez de laisser les sédiments intacts au fond du bocal. Si nécessaire, laissez un peu de liquide dans le bocal et en récoltez pas l’intégralité des microbes.

Étape 4 :

Ajoutez les microbes recueillis dans la seringue au lait et remuez bien. Le lactose du lait fournit des hydrates de carbone dont se nourrissent les lactobacilles. Recouvrez d’un tissu le seau dans lequel vous avez placé le lait et laissez-le dans une pièce à température ambiante pendant 5 à 7 jours. Cela laissera suffisamment de temps pour que le sérum se forme. Au cours de ce processus, le petit-lait se sépare du lactose et vous laisse avec deux couches. Un caillé sur le dessus et un sérum liquide en dessous.

Étape 5 :

Retirez délicatement la couche de caillé du dessus. Il est fort probable qu’elle se brise, mais ne vous inquiétez pas trop si c’est le cas. Une fois la couche retirée, filtrez le sérum restant à travers un tissu ou un vieux t-shirt (assurez-vous qu’il est propre, cependant). Une odeur de fromage se dégagera alors car il s’agit en fait du processus de fabrication du fromage. Une fois que votre liquide est séparé et sans grumeaux, vous pouvez commencer. Quant au lait caillé, mettez-le simplement au compostage. Il contient en effet encore des quantités incroyables de bactéries bénéfiques. Vous pouvez donc aussi en donner un peu à votre chien si vous en avez un. Ils en sont fous, et c’est excellent pour leur santé intestinale ! Bénis soient les animaux de compagnie.

Étape 6 :

Utilisez votre LAB tel quel ou mettez-le en bouteille pour un usage à long terme. Vous pouvez le conserver au réfrigérateur dans une bouteille ou un bocal en verre pendant un an avant de constater une dégradation notable. Si vous le mélangez avec de la mélasse dans une proportion de 1:1, il se conservera pendant quelques années à température ambiante. Personnellement, c’est un produit que je prépare au moins une fois par an.

Comment utiliser le LAB pour la production de terpènes ?

C’est un produit puissant ! Vous n’avez besoin que d’environ 1-3ml par 10l d’eau pour inoculer le sol avec suffisamment de lactobacilles pour augmenter la biologie de votre sol.

Vous pouvez également l’utiliser en pulvérisation foliaire avec seulement 0,1 ml par litre pour être efficace. Si vous dépassez cette quantité, votre espace de culture aura une odeur de ferme ou de fromagerie pendant 24 à 48 heures.

Il est incroyable de voir à quel point vos plantes semblent vivantes après l’introduction de ces microbes. C’est difficile à décrire, mais elles ont tout simplement plus de vitalité. Dans un délai d’une semaine à dix jours, vous remarquerez probablement des signes de l’efficacité du produit, car les tiges deviennent légèrement plus collantes et la puissance aromatique est décuplée.

Vous n’avez pas besoin d’ajouter ce produit à chaque arrosage. Toutes les deux semaines, c’est suffisant pour garder votre sol inoculé et éviter la prolifération de bactéries nuisibles.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais