Seedsman Blog
Home » Pourquoi le cannabis assèche la bouche ?

Pourquoi le cannabis assèche la bouche ?

C’est une question que la plupart des consommateurs de cannabis se sont probablement posée à un moment ou à un autre : pourquoi fumer de l’herbe assèche la bouche ? Si vous avez déjà ressenti cette sensation pendant ou après un joint, sachez que vous n’êtes pas seul.

Les consommateurs de marijuana savent que cette sensation est désagréable mais qu’elle fait partie intégrante de l’expérience du cannabis. En fait, avant même que vous n’ayez le temps de vous en rendre compte, toute votre salive va se faire comme aspirer. Mais pourquoi et comment y remédier ?

La bouche sèche, c’est quoi exactement ?

La bouche sèche est l’un des effets secondaires les plus courants de la consommation de cannabis, avec les yeux rouges et les fringales. Médicalement connu sous le nom d’hyposalivation ou de xérostomie[i], ce phénomène peut être simplement décrit comme une réduction de la salive et se produit lorsque vos glandes submandibulaires – les glandes salivaires – ne produisent pas assez de salive pour garder votre bouche humide.

Certains médicaments peuvent causer ce phénomène. Mais il est surtout courant chez les fumeurs, les vapoteurs et ceux qui consomment des edibles et autres produits à base de cannabis.

Bien que la xérostomie puisse être le signe d’autres problèmes médicaux, comme une maladie des gencives, si vous avez fumé de l’herbe, il y a de fortes chances que ce soit la cause de cette désagréable sensation. Il existe une fourchette de sécrétion de salive considérée comme “normale” : environ 1,5 à 2 millilitres par minute. Le diagnostic médical d’hyposalivation (faible débit salivaire) est posé lorsque votre débit descend en dessous de 0,5-0,7 millilitres par minute[ii].

Comment le cannabis assèche-t-il la bouche

La bouche sèche est due à l’interaction entre les cannabinoïdes THC, CBD (et les divers autres) et le système endocannabinoïde du corps humain. Nous le savons tous, ce dernier contient de nombreux récepteurs cannabinoïdes. Ceux-ci sont situés dans les glandes salivaires elles-mêmes. Ainsi, lorsque le THC et l’anandamide se lient à ces récepteurs, ils réduisent la production de salive. Ils bloquent les signaux émis par le système nerveux parasympathique pour continuer à produire de la salive. En d’autres termes, le THC met la production de salive, ou salivation, en veille.

Plusieurs études ont analysé la relation entre le fait de fumer de l’herbe et la bouche sèche. Elles ont révélé que fumer du cannabis a un effet assez important sur la santé bucco-dentaire, comme on pourrait l’imaginer. Concernant la xérostomie, une étude réalisée en 2012 au State Key Laboratory of Molecular Biology de Kiev a noté que “les récepteurs CB1 modulent principalement le flux de salive, tandis que les récepteurs CB2 semblent influencer la consistance et le contenu de la salive (comme les niveaux de sodium).”[iii]

Est-ce qu’une bouche sèche est synonyme de déshydratation ?

C’est une très bonne question.

Parmi les conclusions présentées par l’étude de Kiev figure le fait que la bouche sèche due à la consommation de cannabis ne provoque pas de déshydratation dans le reste du corps. Ceci est assez logique si l’on considère que la bouche sèche n’est que le symptôme de glandes salivaires fonctionnant à un rythme inférieur à la normale. L’étude ajoute que cela explique pourquoi la consommation de cannabis ne s’accompagne pas du même type de gueule de bois que la consommation d’alcool.

Pourquoi combattre le phénomène de la bouche sèche ?

Il se peut que vous considériez la bouche sèche comme un élément inévitable de l’expérience du cannabis, mais il vaut mieux que vous ne le fassiez pas. La bouche sèche due à la consommation de cannabis peut en effet provoquer des complications telles[iv]:

  • Leucoedème – une lésion blanche ou grise dans la bouche
  • Candida Albicans – une sorte de champignon
  • Maladie parodontale – infections des gencives, mauvaise haleine, perte de dents, dents sensibles et déchaussement des gencives
  • Carie dentaire
  • Maux de gorge

N’oubliez pas que la salive ne sert pas seulement à lubrifier la bouche, elle la protège également des bactéries et autres micro-organismes. Si vous avez la bouche sèche, prenez des mesures pour la soulager, pour le bien de votre santé bucco-dentaire !

Comment combattre le phénomène de la bouche sèche ?

En tant que fumeur, la protection de votre santé bucco-dentaire est primordiale. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas sorcier. Il existe de nombreux moyens faciles à mettre en œuvre.

  1. Buvez de l’eau. Il peut être tentant d’opter pour une bonne bière fraîche ou une boisson gazeuse, mais ces types de boissons peuvent assécher encore plus la bouche. Il en va de même pour les thés noirs ou le café – tout ce qui contient des tanins fait plus de mal que de bien. Comme souvent, c’est donc vers l’eau qu’il faut se tourner.
  2. Le chewing-gum peut stimuler l’activation de la salive. Gardez-en donc un paquet à portée de main.
  3. Les sucettes et les bonbons durs ont le même effet, les bonbons au goût acide étant considérés comme les meilleurs pour stimuler les glandes salivaires.
  4. Les tisanes peuvent aider à réduire la sensation de sécheresse plus loin dans la gorge. Elles sont également très hydratantes.
  5. Les sprays oraux ou les bains de bouche sont en vente libre dans toutes les pharmacies.

Enfin, il serait judicieux d’éviter tout ce qui pourrait assécher davantage encore la bouche. Par exemple, les en-cas salés comme les chips et les cacahuètes ou les aliments riches en glucides comme la pizza. En d’autres termes, les choses dont beaucoup d’entre nous ont le plus envie après avoir fumé !

Références

[i,ii]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4278738/

[iii]https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22366450/[iv]https://www.ada.org/resources/research/science-and-research-institute/oral-health-topics/xerostomia

[iv]https://www.ada.org/resources/research/science-and-research-institute/oral-health-topics/xerostomia

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais