Seedsman Blog
Home » Le cannabis est désormais la cinquième culture la plus rentable aux États-Unis

Le cannabis est désormais la cinquième culture la plus rentable aux États-Unis

Les ventes de cannabis légal ont explosé aux États-Unis, mais le ministère de l’agriculture refuse de reconnaître ou de suivre la valeur des récoltes annuelles comme il le fait pour toutes les autres cultures. Pour combler ce manque de données, Leafly vient de publier son premier rapport sur les récoltes de cannabis, qui révèle que cette culture rapporte désormais plus d’argent que le coton et qu’elle est le cinquième produit agricole le plus précieux aux États-Unis.

La valeur de la récolte de cannabis de l’année dernière

Selon le rapport, les cultivateurs américains ont produit et vendu 2 278 tonnes d’herbe en 2020. Les auteurs expliquent que cela représente assez d’herbe pour rouler plus de 2 milliards de joints ou remplir 57 piscines olympiques. Pour les amateurs d’unités de mesure ridicules, cela représente également environ 1,7 million de machines à laver.

Il convient toutefois de noter que ce chiffre ne tient même pas compte de la totalité de la récolte de cannabis produite aux États-Unis l’année dernière. Pour simplifier, les chercheurs n’ont inclus que les données des 11 États où le cannabis à usage récréatif peut être acheté dans des dispensaires agréés. Les ventes combinées de ces États se sont élevées à 6,2 milliards de dollars, avec un total de 13 042 fermes autorisées en 2020.

Pour mettre cela en perspective, cela fait du cannabis la cinquième culture la plus précieuse aux États-Unis, devant le riz et les arachides et derrière seulement le blé, le foin, le soja et le maïs.

En Alaska, au Colorado, au Massachusetts, au Nevada et en Oregon, le cannabis a été la culture la plus rentable sur le marché l’année dernière. Il s’est classé deuxième en Arizona et troisième au Michigan et en Illinois. Étonnamment, la récolte de cannabis en Alaska valait plus du double de la valeur combinée de tous les autres produits agricoles.

Dans le Massachusetts, la récolte de cannabis a eu trois fois plus de valeur que la célèbre récolte de canneberges de l’État.

Légalisé au Colorado en 2012, le cannabis est aujourd’hui non seulement la culture la plus rentable de l’État, mais il a également éclipsé le marché illicite, 80 % de l’herbe consommée dans l’État étant fournie par des points de vente agréés. Selon les auteurs du rapport, ce délai devrait être pris en compte par les responsables d’autres États qui pourraient être frustrés que leur marché légal n’ait pas encore dépassé le marché noir, vu que plusieurs années pourraient être nécessaires pour atteindre cet objectif.

Quel est l’intérêt de ces données ?

L’herbe restant illégale au niveau fédéral, le ministère de l’Agriculture refuse de comptabiliser la récolte annuelle de cannabis et exclut les cultivateurs de cannabis de tous ses programmes. En plus de désavantager ces cultivateurs, le manque de données enregistrées laisse les électeurs, les législateurs et les entreprises dans l’ignorance lorsqu’il s’agit de prendre des décisions éclairées sur l’herbe.

Dans un communiqué de presse, le principal auteur du rapport, David Downs, a critiqué l’insistance du gouvernement à ignorer la valeur de la culture du cannabis, expliquant que « l’Amérique ne traite pas les cultivateurs de cannabis comme des agriculteurs. Ces obstacles font grand mal aux petits exploitants.

Soulignant l’importance de la récolte de cannabis de l’année dernière pour l’économie nationale, il insiste sur le fait que « cette plante contribue à générer de la richesse, de l’emploi et des investissements communautaires dans tout le pays, et nos législateurs doivent reconnaître l’opportunité que représente le cannabis pour les Américains. »

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais