Seedsman Blog
Home » Comment parler de cannabis à vos enfants ?

Comment parler de cannabis à vos enfants ?

Vous voulez parler du cannabis à vos enfants. Votre consommation, votre autoproduction ou votre travail dans l’industrie du cannabis. C’est souvent compliqué, surtout si vous vivez dans un pays où le cannabis est interdit.

Mais même dans les endroits où la consommation de cannabis est légale, la stigmatisation demeure et parler ouvertement de votre consommation de cannabis peut avoir des répercussions négatives.

Que vous soyez le PDG d’une entreprise de l’industrie du cannabis ou un autoproducteur illégal, vous devez sans doute faire preuve de discrétion avec pas mal de monde. C’est d’autant plus le cas quand les enfants sont impliqués dans l’équation.

Outre le jugement des autres, vous craignez peut-être aussi que si vous parlez ouvertement de votre consommation de cannabis à votre enfant, il se verra encouragé à s’y essayer lui aussi. Or, l’herbe peut avoir un impact négatif sur les cerveaux encore en développement, d’où des risques pour la santé mentale et le travail scolaire.

Pire encore, il pourrait y avoir des conséquences juridiques non désirées si vos enfants sont pris en train de consommer du cannabis ou s’ils laissent accidentellement échapper que vous en cultivez ou en fumez.

Dans les pays où la consommation de cannabis reste illégale, ce “faux pas” impliquerait l’intervention de plusieurs organismes (services sociaux, police, etc.). Dans le pire des cas, vous pourriez perdre le droit d’élever vos enfants en raison de votre consommation de cannabis.

Alors, gardez-vous votre consommation de cannabis ou votre chambre de culture cachée jusqu’à ce que vos enfants deviennent de jeunes adultes, ou partagez-vous votre amour de la plante dès leur plus jeune âge ?

Parler de votre consommation de cannabis à vos enfants

La situation juridique de votre lieu de résidence influencera sans aucun doute vos conversations avec vos enfants. Dans les pays où la consommation de cannabis est illégale, en parler à vos enfants pourrait leur causer de l’anxiété. S’inquiéter de voir un parent aller en prison et devoir garder secrète la consommation de cannabis d’un parent peut être un lourd fardeau pour les enfants. Dans ce cas, il peut être plus facile de ne pas informer les enfants et de les maintenir dans l’ignorance jusqu’à ce qu’ils aient l’âge de comprendre les tenants et les aboutissants de la consommation de cannabis.

Cependant, pour les consommateurs de cannabis médical ayant des besoins réguliers et, parfois, à forte dose, garder le secret n’est pas toujours faisable. L’odeur âcre du cannabis vaporisé ou fumé rend souvent impossible une consommation discrète. De plus, cacher notre consommation à nos enfants et à notre entourage ne fait que perpétuer la stigmatisation et le tabou car cette pratique transmet le message que le cannabis a quelque chose de mal, un message que la plupart d’entre nous essaient activement de changer.

talk to your kids about cannabis

Bien sûr, il faut peser le pour et le contre. Il n’existe pas de solution universelle. Lorsque les sanctions sont sévères pour la consommation ou la culture de cannabis, la discrétion peut être de mise.  Mais dans les régions où la consommation est légale, avoir une conversation honnête et sincère avec vos enfants et votre entourage pourrait aider à surmonter la stigmatisation. De plus, cette ouverture d’esprit et cette meilleure connaissance de la plante réduiront les risques lorsque les enfants seront confrontés au cannabis via leurs amis, ce qui arrivera tôt ou tard.

Pour cet article, nous avons parlé à un certain nombre de parents consommateurs de cannabis afin de recueillir des informations sur leurs expériences. Beaucoup ont gardé l’anonymat pour des raisons évidentes. Voici leur histoire.

Comment lancer la conversation ?

Beaucoup pensent que commencer la conversation bien avant que les enfants ne pensent au cannabis, ou ne fassent leurs propres choix concernant la plante, est une bonne idée.

L’esprit des enfants est exempt de préjugés, ce qui permet de poser des bases saines pour des discussions ultérieures. Il est préférable qu’ils apprennent à connaître la plante pour contrebalancer les histoires effrayantes qu’ils peuvent entendre à la télévision, sur Internet ou dans le cadre du cours d’éducation aux drogues de leur école.

Si vous le pouvez, introduisez le cannabis dans la conversation de manière décontractée. Parlez-en comme d’une plante et d’un médicament, tout comme vous pourriez parler d’autres plantes médicinales comme l’ortie ou l’aloe vera. De cette façon, le cannabis se verra normalisé dans la conversation dès le plus jeune âge et ne sera pas un sujet tabou.

talk to your kids about cannabis

Si vous marchez dans la rue et que vous sentez la fumée de cannabis, nommez-la et profitez-en pour lancer la discussion. Il est souvent plus facile de parler de la consommation des autres que de la sienne.

Si vous consommez ouvertement du cannabis chez vous, vous pouvez commencer par vous concentrer sur les bienfaits médicinaux de la plante, sur la façon dont elle vous aide, sur les bonnes sensations qu’elle peut créer et sur la façon dont elle peut vous aider à vous détendre. Vous pouvez ensuite approfondir.

Si la consommation de cannabis est illégale dans votre pays, ces informations doivent être données dans le contexte de la législation, afin que les enfants soient bien conscients de ce qui peut et ne peut pas être dit en public.

Misez sur la science et la médecine

Une approche scientifique du cannabis semble également être une bonne façon d’aborde ce sujet avec vos enfants. Décrire le système endocannabinoïde, la production de cannabinoïdes par le corps et la façon dont il reçoit les cannabinoïdes de la plante peut aider les enfants à comprendre le fonctionnement de la plante.

La compréhension de la polyvalence de la plante (médicament, aliment et fibre) peut aider les enfants à comprendre son importance et à apprécier sa valeur.

Les histoires de patients peuvent, elles aussi, rendre le sujet plus accessible, surtout si vous, ou quelqu’un que vous connaissez, a vraiment bénéficié de l’utilisation thérapeutique du cannabis.

Une maman du Royaume-Uni nous a raconté que, bien qu’elle ait toujours été ouverte au sujet du cannabis, elle n’a pas été honnête sur sa propre consommation avant que ses enfants aient 14 et 18 ans. La situation a changé à cet âge, car leur grand-père a développé un cancer et a voulu essayer le cannabis. Elle leur a alors expliqué les bienfaits thérapeutiques potentiels de la plante.

Bien sûr, il ne faut pas non plus hésiter à parler des inconvénients potentiels. La présentation de données sur les effets positifs et négatifs permettra d’avoir une conversation équilibrée. Conscients des méfaits potentiels, les enfants seront plus susceptibles de retarder leur première exposition. Des études indiquent que la consommation régulière de variétés à forte teneur en THC peut entraîner un risque accru d’addiction, de troubles anxieux et de psychose chez les adolescents. (1)

Abordez la législation sur le cannabis

Si la consommation de cannabis est légale là où vous vivez, mais que la stigmatisation persiste, vous pouvez expliquer que les changements dans la loi sont récents et que, de ce fait, certaines personnes sont très ouvertes d’esprit à l’égard de cette plante, mais que beaucoup sont encore pleines de préjugés datant de l’époque de la prohibition.

talk to your kids about cannabis

Si vous vivez dans une région où la consommation est illégale, vous pouvez expliquer comment la prohibition a vu le jour (y compris les motivations politiques, économiques et raciales du début de la guerre contre les drogues), et discuter des avantages et des inconvénients des différentes lois, ainsi que du fait que de nombreuses lois ont été contestées et annulées (par exemple, le mariage homosexuel, le vote des femmes, etc.)

Ce n’est pas parce qu’une chose est illégale qu’elle est nécessairement mauvaise, et de même, ce n’est pas parce qu’une chose est légale qu’elle est nécessairement bonne. En fait, les opinions sur ce qui est bien ou mal changent considérablement avec le temps. Il suffit de regarder les lois sur le cannabis aux États-Unis : un pays si déterminé à interdire le cannabis et à éradiquer cette culture dans le monde entier depuis des décennies a récemment considéré le cannabis comme un “produit essentiel” dans de nombreux États pendant les confinements dus au COVID, permettant ainsi aux dispensaires de demeurer ouverts. Et pourtant, au niveau fédéral, le cannabis est toujours interdit.

Les enfants suivent les exemples qui leur sont présentés

Si vous avez une relation saine avec le cannabis, il y a de fortes chances qu’ils en fassent autant. Si vous une honte de cette consommation, il se peut qu’ils le remarquent aussi.

Comme l’activiste et influenceuse Jessica Gonzalez nous l’a dit dans une récente interview,

Si vous mentez à ce sujet, vos enfants se demanderont pourquoi il y a un tabou. Mais si vous êtes ouvert et attentif à la façon dont vous parlez du cannabis, à la façon dont vous le gardez chez vous et à vos méthodes de consommation, alors il ne devrait pas y avoir de problèmes.”

Tous les enfants sont différents

Chaque enfant est unique, tout comme chaque et c’est évidemment vous qui connaissez le mieux vos enfants.

Comme pour toute autre décision parentale, suivez votre intuition, parlez avec votre cœur et communiquez avec votre ou vos enfants. Les enfants, surtout en grandissant, apprécient l’honnêteté, et c’est pourquoi la réforme du cannabis est une question si importante. Ce sont les lois qui ont tendance à pousser à garder notre consommation secrète.

Rejoignez des forums

Heureusement, le canna-parenting sort du placard et il existe de nombreux groupes cannamom et cannadad avec des milliers de membres sur Facebook, Instagram, Twitter et autres forums.

Il existe des podcasts et des articles, des livres et des films, et un nombre croissant d’influenceurs qui font activement campagne pour réduire la stigmatisation au sein des familles. Plus votre canna-communauté sera grande, moins vous et vos enfants vous sentirez isolés et stigmatisés.

Des livres, toujours plus de livres

Plusieurs livres ont été publiés récemment, qui se concentrent sur le cannabis et l’éducation des enfants (comme Weed Mom: The Canna-Curious Woman’s Guide to Healthier Relaxation, Happier Parenting, and Chilling TF Out), soit sur l’ouverture de la conversation sur le cannabis au sein des familles (par exemple, What’s Growing in Grandma’s Garden de Susan Soare ou encore It’s Just a Plant de Ricardo Cortes).

talk to your kids about cannabis

Le livre “What’s That Funny Smell” de Liz Williams sera bientôt publié. Il s’agit de l’histoire d’un garçon et de son père, qui consomme du cannabis pour soigner sa sclérose en plaques, et de la stigmatisation à laquelle ils sont confrontés à l’école et auprès des autres parents qui remarquent l’odeur du cannabis dans leur maison. C’est une histoire pleine d’espoirs magnifiquement illustrée par Francesca Barton, qui la rend accessible aux enfants comme aux adultes.

Liz nous a dit qu’elle avait écrit ce livre pour lutter contre la stigmatisation, représenter les nombreuses familles dans cette situation et montrer aux enfants qu’ils ne sont pas seuls. Elle souhaite que le livre serve de point de départ aux discussions familiales et qu’il aide les éducateurs et les services sociaux à voir la consommation de cannabis sous un nouveau jour.

Surmonter les stéréotypes en racontant votre histoire

En fin de compte, ce n’est qu’en racontant nos histoires que nous pourrons contribuer à démanteler certaines idées préconçues et certains stéréotypes erronés sur la consommation de cannabis. Heureusement, de plus en plus de parents prennent la parole, expliquant comment leur consommation de cannabis les aide à être plus présents, plus connectés et plus enjoués avec leurs enfants, comment elle les aide à se détendre, ou comment elle a réduit leur consommation d’alcool, d’autres drogues ou d’habitudes nocives utilisées auparavant pour faire face au stress de la parentalité.

Ils racontent comment leur usage médicinal du cannabis a transformé leur vie, leur permettant d’être des parents plus sains et plus heureux. Ce sont ces histoires qu’il faut partager. Si les enfants grandissent en entendant cela et en normalisant le cannabis, les attitudes peuvent changer.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais