Seedsman Blog
cannabis driving
Home » Comment le cannabis affecte-t-il votre conduite ?

Comment le cannabis affecte-t-il votre conduite ?

Avant d’entamer toute discussion sur le cannabis au volant, précisons que prendre le volant en étant défoncé est totalement inacceptable. Cela dit, un examen des dernières études indique que le THC n’augmente pas nécessairement la probabilité d’un accident.

Le cannabis nuit à la conduite

Un grand nombre de recherches récentes ont donné lieu à des résultats intéressants concernant l’impact du cannabis sur la capacité de conduire d’une personne. Par exemple, une étude publiée le mois dernier dans la revue JAMA Psychiatry indique que le fait de se défoncer peut altérer les capacités de conduite pendant quatre heures et demie[i].

Une demi-heure après avoir fumé de l’herbe, les participants à l’essai clinique contrôlé par placebo ont obtenu de moins bons résultats dans un programme de simulation de conduite que ceux qui n’avaient pas fumé. Après une heure et demie, beaucoup de ceux qui avaient consommé du cannabis ont déclaré qu’ils ne se sentaient plus stone et qu’ils se sentiraient en sécurité au volant d’une voiture. Cependant, leurs performances sur le simulateur étaient différentes, car ils continuaient à dévier de leur trajectoire.

Au bout de trois heures et demie, la différence d’aptitude à la conduite entre le groupe ayant consommé du cannabis et le groupe ayant reçu un placebo était “limite”, alors qu’une heure plus tard, les effets du cannabis avaient disparu. Ces résultats soulignent le danger de prendre le volant après avoir consommé de l’herbe. Cependant, ils ne fournissent aucune preuve suggérant que la présence de THC dans le sang contribue à réduire les capacités de conduite.

Au contraire, les auteurs de l’étude n’ont trouvé aucune corrélation entre les niveaux de THC dans le sang et les performances de conduite, à quelque moment que ce soit. Dans un message aux décideurs politiques qui pourraient envisager de criminaliser tous les conducteurs testés positifs à cette substance, les chercheurs insistent donc sur le fait que “les lois basant sur les concentrations de THC dans le sang ne sont pas conformes à la science.”

Cannabis, conduite et accidents de voiture

Une autre étude publiée en décembre a tenté de discerner si les personnes testées positives au THC sont plus susceptibles d’être impliquées dans des accidents de voiture. Pour ce faire, ils ont passé en revue la littérature existante sur ce sujet, concluant qu’il est peu probable qu’une consommation récente de cannabis ait un effet néfaste majeur sur la conduite d’une personne, à moins qu’elle ne soit fortement défoncée[ii].

Les auteurs ont identifié 13 études distinctes établissant un lien entre les concentrations sanguines de THC et les accidents de voiture. Collectivement, les données suggèrent que les personnes dont le test est positif sont 37 % plus susceptibles d’être impliquées dans un accident. Toutefois, les chercheurs notent que toutes ces études étaient entachées de biais.

Par exemple, certaines n’ont pas inclus de groupe de contrôle, tandis que d’autres ont négligé de prendre en compte certaines variables clés qui peuvent avoir contribué à l’implication des conducteurs dans un accident. Les auteurs ont donc développé un outil permettant d’identifier et de filtrer ces biais.

Après avoir réanalysé les données à l’aide de cet outil, ils ont constaté que la consommation récente de cannabis n’a aucun impact sur la conduite d’une personne et que les personnes testées positives au THC ne sont pas plus susceptibles que les non-consommateurs de provoquer un accident. En revanche, un taux d’alcoolémie de 0,05 % double le risque d’être responsable d’un accident.

Certes, cette analyse n’a pas examiné les risques de provoquer un accident en conduisant sous les effets aigus du cannabis, et il est probable que la conduite d’un véhicule sous l’emprise du cannabis augmente les risques d’accident. Néanmoins, les auteurs conseillent aux décideurs politiques “d’envisager la suppression des infractions liées à la présence de cannabis au volant (tandis que les infractions liées à l’affaiblissement des facultés seraient maintenues).”

[i] Marcotte TD, Umlauf A, Grelotti DJ, Sones EG, Sobolesky PM, Smith BE, Hoffman MA, Hubbard JA, Severson J, Huestis MA, Grant I. Driving Performance and Cannabis Users’ Perception of Safety: A Randomised Clinical Trial. JAMA psychiatry. – https://jamanetwork.com/journals/jamapsychiatry/fullarticle/2788264

[ii] White MA, Burns NR. The risk of being culpable for or involved in a road crash after using cannabis: A systematic review and meta-analyses. Drug Science, Policy and Law. 2021 Dec;7:20503245211055381. – https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/20503245211055381

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais