Seedsman Blog
Plants that Look Like Weed
Home » Les plantes que les policiers confondent le plus souvent avec du cannabis

Les plantes que les policiers confondent le plus souvent avec du cannabis

Tout ce qui brille n’est pas or. Et tout ce qui ressemble à du cannabis n’en est pas. Plein de plantes ressemblent au cannabis.

Si la plupart des policiers sont compétents et pleins de bonne volonté, certains le sont moins et, plein du zèle typique de celui qui n’y connait pas grand-chose, s’attaquent véhément au cannabis. Tel Don Quichotte s’attaquant à des moulins à vent, ces policiers peu informés et peu compétents s’en prennent parfois à tout autre chose que du cannabis. Voici donc un petit florilège d’erreurs commises par des agents de police anti-drogue à travers le monde. Mieux vaut en rire qu’en pleurer…

1. Des marguerites

À l’été 2012, une équipe de police spécialisée investit la demeure de M. Rockman à Lethbridge, au Canada, pour y arracher plus de 1.600 plants de marijuana, avant d’annoncer la nouvelle dans les médias, fière de cette opération rondement menée. Mais l’opération n’a en fait pas rencontré le succès escompté. En effet, les 1.624 plantes n’étaient pas du cannabis mais des marguerite Montauk, une une plante vivace à floraison automnale que M. Rockman cultive depuis près de 10 ans. Résumant la situation avec philosophie, Rockman déclara au Toronto Star : “Cela m’a fait passer pour un méchant et cela les a fait passer pour des idiots.”

plants that look like weed

2. Des tomates

En 2018, Lulu Matheson, une dame âge de 79 ans vit une équipe d’officiers de police accompagnés de chiens violement investir son domicile de Shieldaig en Angleterre pour y saisir les plants de cannabis qu’elle faisait supposément pousser sur le rebord de sa fenêtre. Arrivé sur place pendant que les policiers inspectaient la maison, le fils de Mme Matheson, Gus, éclata de rire quand il comprit la confusion. Hélas, comme il le déclara au Daily Mail, “j’ai cessé de rire quand ils m’ont fouillé et qu’ils ont commencé à retourner la maison de fond en comble”. Gus Matheson a finalement décidé de porter plainte, expliquant que, “Bien qu’ils soient partis la queue entre les jambes, les policiers ne se sont même pas excusés.”

plants that look like weed

3. Des tournesols

Imaginez la stupéfaction quand, en 2005, dans la petite ville de Bel Air, Kansas, la police fit irruption dans la demeure d’Harold Smith, un ancien maire de la ville qu’elle soupçonnait de cultiver du cannabis dans son jardin. Comble du scandale, c’est dans ce même jardin que la femme de l’ancien édile, Carolyn, organisait parfois des réunions d’un groupe de retraités qu’elle dirige. Les officiers de police prirent alors des photos des plantes du jardin, les montrèrent au bureau du procureur local qui demanda un mandat à un juge, lequel accepta la demande. Les officiers retournèrent ainsi quelques jours plus tard dans la maison d’Harold et Carolyn pour y trouver… des tournesols qui avaient enfin fleuri. L’erreur commise par la police est d’autant plus risible que le tournesol est l’emblème du Kansas. Comme l’affirma l’avocat des Smith au Ford Scott Tribune : “La plante représentée sur notre drapeau n’est pas de la marijuana, mais bien un tournesol.”

4. Du yucca

Lors d’une manifestation pro-marijuana en 2016 à Porto Rico, 17 personnes ont été arrêtées par la police pour possession de plants de cannabis. En fait, elles étaient en possession de plants de yucca. Bien que les détenus aient été rapidement libérés après qu’un juge ait déclaré leur arrestation injustifiée, la police n’a pas baissé les bras et a conduit plusieurs descentes sur les marchés du pays à la recherche d’autres “cultivateurs de drogue déguisés en marchands de légumes”.

“Même si nous devons faire une descente sur toutes les places de marché, brûler toutes les exploitations maraîchères ou fouiller personnellement tout passant qui ressemble à un étudiant en sciences humaines, nous éliminerons le vice pernicieux de la marijuana de notre pays […] C’est un mal que nous devons éradiquer complètement, littéralement, car tout buisson qui ressemble un tant soit peu à de la marijuana, nous allons l’arracher par les racines” a déclaré Gumersindo Narvaez, porte-parole des forces de police aux médias locaux.

plants that look like weed

Mais ce n’est pas tout, une première descente, sur la place du marché de Río Piedras, a conduit à l’arrestation de cinq marchands de fruits et légumes pour possession de yucca, qu’à nouveau, les forces de l’ordre ont confondu avec du cannabis.

Ce type de nouvelles circule et les cultivateurs qui craignent la police s’en inspirent donc. C’est ainsi qu’au Costa Rica, des producteurs illégaux de cannabis cachent leurs plantes au milieu de yuccas dans l’espoir d’échapper aux contrôles.

5. De l’hibiscus

En 2018, à Buffalo Township, en Pennsylvanie, un arbre est appartenant aux Cramer, un couple d’une soixantaine d’années est tombé dans le jardin de leur voisin. Les Cramer ont donc fait appel à leur compagnie d’assurance, la Nationwide, laquelle a envoyé l’agent Jonathan Yeamans à la propriété pour enquêter sur le sinistre. Dans le jardin, Yeamans voit des plants de cannabis et, puisque c’est un bon citoyen, il en prend discrètement des photos et les transmets à la police.

Quelques jours plus tard, la sonnette retentit et Mme Cramer, alors peu vêtue, va ouvrir la porte. Elle se retrouve alors face à 12 officiers de police qui la mettent en joue avec leurs fusils d’assaut. Mme Cramer est alors menottée et se voit même refuser le droit de s’habiller. Au lieu de cela, elle est arrêtée et obligée à marcher pieds nus dans l’allée en gravier jusqu’à une voiture de patrouille.

Mr Cramer, lui, arrive 30 minutes plus tard a sa maison et subit le même sort que sa femme : menotté sous la menace d’une arme et conduit à la voiture de patrouille. Le couple a dû rester dans la voiture pendant près de 4 heures, par une chaleur de 30 degrés, le temps que la police fouille la propriété.

Les officiers de police n’ont évidemment pas trouvé de cannabis dans la propriété des Cramer. Tout ce qu’ils ont trouvé, ce sont des hibiscus que Yeamans avait confondu avec des plants de marijuana. Loin de reconnaitre leur erreur et de platement s’excuser, les officiers de police ont coupé les plants d’hibiscus et les ont confisqués, les étiquetant comme des “plants de marijuana suspects”.

Les Cramer ont bien évidemment porté plainte, notamment pour usage excessif de la force.

6. De l’ambroisie

Puisque nous parlons d’usage excessif de la force, en 2001, au beau milieu du Texas, Sandra Smith, 56 ans, a été retenue sous la menace d’une arme par des agents de la Capital Area Narcotics Task Force qui avaient identifié par erreur l’ambroisie au fond de son terrain comme de la marijuana, alors qu’ils effectuaient une surveillance aérienne. Ils ont fait atterrir l’hélicoptère et ont saccagé sa propriété sans mandat de perquisition.

plants that look like weed

Ne trouvant aucune drogue, ils sont partis sans même s’excuser. Comme il fallait s’y attendre, Mme Smith a poursuivi les officiers pour violation de ses droits civils et a obtenu 35.000 dollars de dommages et intérêts.

7. Du chanvre

La confusion entre chanvre et cannabis est logique et on ne peut pas en tenir rigueur aux policiers d’avoir confondu les deux. Mais c’est le contexte qui aurait dû leur mettre la puce à l’oreille et leur attitude qui pose question.

En juin 2017, à Lyon se déroulait la biennale de l’architecture. Dans le cadre de cet événement, des architectes avaient planté un mélange de chanvre, de lin et d’orge sur un espace de près de 4.000 mètres carrés. Le but était d’utiliser ces plantes pour produire des matériaux de construction et ainsi attirer l’attention sur les matériaux renouvelables dans le secteur du bâtiment. Hélas, c’est sur l’excès de zèle de la police que l’installation a attiré l’attention. En effet, dès qu’ils ont vu cet espace vert en plein centre-ville, les policiers ne se sont pas posés de question et ont tout arraché comme le relate le journal Métro.

8. Du chanvre (bis)

L’excès de zèle de la police peut avoir des conséquences désastreuses. On sait que différencier du chanvre et de la marijuana à l’œil est impossible. Mais c’est justement la raison pour laquelle les forces de police devraient agir avec circonspection. En voici une illustration.

En 2006, la police albanaise fait une saisie record de cannabis. Le ministre de l’Intérieur, Sokol Olldashi fait alors une apparition remarquée sur les chaines de télévision pour annoncer la saisie d’une tonne de marijuana et l’arrestation de cinq personnes soupçonnées de trafic international. Il aura fallu deux semaines pour que ces cinq malheureux soient libérés. Ils n’avaient commis aucun crime et ce qu’ils cultivaient, c’était du chanvre industriel destiné à être exporté vers les États-Unis. Deux semaines dans une prison albanaise pour rien…

9. De l’hibiscus (encore)

En 2015, Blair Davis, un habitant du nord-ouest du comté de Harris vit des policiers faire irruption dans sa maison en lui hurlant de se coucher à terre et le menaçant de leur arme. Les officiers étaient alors certains de faire une importante saisie de cannabis dans cette habitation. Mais il s’est rapidement avéré que les grandes plantes aux feuilles étroites disposées en éventail qu’ils étaient venus chercher n’étaient pas des plantes de cannabis, mais des hibiscus “Texas Star” que Davis cultive pour son entreprise d’aménagement paysager.

Pas découragés pour autant, les 10 officiers de police commencent à fouiller la maison. Davis a beau leur expliqué la confusion, ils lui enjoignent de se taire. À un moment, Davis les a même entendus discuter pour déterminer si un bambou pouvait être en fait un plant de marijuana. Ils lui ont également demandé des précisions quant à des pastèques. Oui : des pastèques.

plants that look like weed

Après une heure environ, ils ont été contraints de se rendre à l’évidence : aucune trace de marijuana chez Davis. Ils se sont donc retirés sans même lui présenter leurs excuses. Laissons le mot de la fin à Davis lui-même : “S’ils ne savent pas à quoi ressemble un plant de marijuana, ils devraient peut-être apporter une photo avec eux avant d’envahir la maison d’un citoyen.”

10. Des cléomé hassleriana

Les Suisses sont habitués au cannabis. Et pourtant, leurs policiers ne sont pas à l’abri d’une confusion. C’est ainsi que des policiers patrouillant dans la ville de Locle, dans le canton de Neuchâtel ont eu l’œil attiré par des plantes suspectes cultivées dans les jardins du Château des Monts. Ni une ni deux, ils en prélèvent un plan pour le faire analyser par un horticulteur spécialisé. Il s’est rapidement avéré qu’il s’agissait en fait de cléomé hassleriana, une plante courante dans les montagnes des environs de Neuchâtel.

plants that look like weed

Contrairement aux histoires précédentes, celle-ci s’est passée dans le calme et les policiers ont agi de manière exemplaire. Espérons que les forces de police du monde entier prennent exemple sur nos amis les Suisses. En effet, voir des policiers faire irruption chez soi et nous pointer avec une arme pour finalement repartir sans même s’excuser peut s’avérer particulièrement traumatisant. Même si l’immense majorité des policiers sont des gens consciencieux et respectueux des autres, ceux qui agissent comme des cowboys jettent discrédit sur l’ensemble de la profession. Quand on n’a que des soupçons, la violence et l’empressement ne servent à rien.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais